Chiffres inégalités À propos
Elles font la culture
icône retour

égalité et inclusion

Introduction

« Montrer le monde tel qu’il est » est le slogan de MYX. Ce mot-clé répertorie les photographies non stéréotypées dans les banques d’images ayant apposé cette mention. Depuis 2015, la photographe Marie Docher travaille sur ce projet qui vise à améliorer, au mieux, la représentation des femmes, des hommes et leur diversité. Comment agir contre la diffusion d’images non stéréotypées, diversifiées et non excluantes ? Et comment rendre des images non stéréotypées accessibles ? Un enjeu colossal et sur le long terme.  

Ndlr : Cet article synthétise la conférence de présentation du projet MYX




À retenir :

Les représentations et les images ont des conséquences. Si nous n’éduquons pas à l’égalité, nous éduquons à l’inégalité. Par conséquent, le champ des possibles et l’épanouissement de chacun.e.s sont limités.


En détails

Le constat

A quel point le stéréotype est trop présent dans les manuels scolaires, les médias et la publicité ? Il suffit d’ouvrir une page pour remarquer l’invisibilité des femmes, le peu de diversité, la représentation de modèles de corps et familiaux uniques, l’hypersexualisation de la femme… 

Début de prise de conscience

En 2015, la banque d’images américaine, Getty Images, lance sa collection Lean In et propose des photos plus diversifiées. En 2017, le décret Photoshop (à l’initiative du ministère de la Santé) est modifié : il est obligatoire de signaler toutes retouches faites sur le corps humain des photographies à usage commercial. En réponse, Getty Images invite les photographes à ne plus leur fournir d’images retouchées. 

Lutter contre les stéréotypes

À la suite de ce constat, Marie Docher rassemble la photographe Virginie Pérocheau, le centre Hubertine Auclert, des agences (Plainpicture, Photononstop, Photo12) et le SNAPIG pour lancer MYX. La volonté est de lutter contre l’invisibilité, les phénomènes de cantonnement, l’uniformité et l’hypersexualisation pour proposer des images et des modèles variés et travailler sur l’inclusivité des images. 

Changer les pratiques

Les individu.e.s souhaitent voir des images plus réalistes, crédibles et authentiques qui représentent la « vraie vie ». MYX est un outil (mot clé) qui permet de trouver des images inclusives et diversifiées dans les banques d’images. Le projet dépend de tous les maillons de la chaîne : photographes, agences et utilisateur.ice.s. Aux photographes de produire des images adaptées, aux agences et banques d’images de s’engager à enrichir leurs collections de ce mot clé et fournir des photos variées, et aux utilisateur.ice.s de mettre en avant des images inclusives. 

Au-delà d’un outil, il faut que chacun.e.s s’inscrivent dans un militantisme juste et égalitaire. Il en est de la responsabilité de toutes et tous de faire attention aux symboles qu’ils véhiculent en prenant une photo et en la diffusant, et ainsi, sensibiliser à la déconstruction des stéréotypes. 



Verbatim de Marie Docher, tirés de la présentation de MYX en 2017

« C’est une responsabilité individuelle et collective. L’enjeu est énorme pour les individus. Si le ministère de la Santé est à l’initiative d’un tel décret, c’est que des personnes sont en danger. Il faut qu’on prenne nos responsabilités, il faut qu’on agisse individuellement dans nos pratiques. »

« Moins nous produisons de stéréotypes, moins nous en voyons. Les agences doivent se mobiliser et adhérer à ce projet ». 

Marie Docher


Liens utiles