À propos
Elles font la culture
icône retour

administratifs et financiers

Introduction

Le métier de photographe est celui qui fait le plus rêver les Françaises. Le nombre d’étudiantes en école de photo a doublé en 25 ans. Et le pourcentage de femmes y atteint 60% aujourd’hui.

Conséquemment, la féminisation du métier est notable. Les femmes représentent 1⁄4 des photographes de plus de 40 ans, et la moitié des photographes de moins de 40 ans. Pourtant, leur situation reste précaire. Leur revenu est inférieur de 40% à celui des hommes.


À retenir :

En un mot : Autant que photographe, soyez entrepreneuse.

Vous êtes le PDG de votre entreprise, alors...

Ayez la créativité, la vitalité des meilleures commerciales.

Ayez la rigueur des meilleures comptables.

Ayez la minutie des meilleures fiscalistes.

Ayez l’esprit visionnaire des meilleurs services R&D.

Et si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave ! Il y a toujours autour de vous des gens qui le sont

alors et qui pourront vous aider, si vous savez vous entourer.

Enfin, quoi qu’il en soit, discutez, échangez, créez du lien avec vos paires.

De cette manière, vous ne pourrez que réussir.


En détails

Il est nécessaire d’agir pour modifier cet état de fait, et de nombreux outils se mettent en place pour accompagner les femmes dans l’exercice de cette profession. L’un des obstacles majeurs à la réussite de votre activité de photographe n’est pas lié à votre œil, à votre compétence technique ou artistique. Les femmes photographes sont statistiquement plus diplômées que les hommes. Vous êtes compétente. Vous avez du talent. N’en doutez pas un seul instant. Appuyez-vous sur cette force. Là n’est pas la question.

La difficulté réside dans le fait que les formations apprennent aux étudiantes tout ce qu’elles doivent savoir sur la photographie : l’art, les techniques, les sujets, le cadrage, la retouche... Et la plupart d’entre elles sortent d’école en pensant qu’elles sont armées pour exercer leur métier. La réalité est toute autre. Or aujourd’hui, une photographe professionnelle passe 80% de son temps à NE PAS prendre des photos. Et elle passe même 50% de son temps à mener des actions qui n’ont RIEN A VOIR avec la photo.

Être photographe professionnelle, c’est avant tout être professionnelle, c’est à dire exercer une profession. Et celle que vous avez choisie vous mènera rarement vers le salariat. Cela signifie que vous allez devoir développer et gérer votre activité. Une étude récente menée par Générali constate que les entreprises gérées par des femmes sont plus rentables que celles dirigées par des hommes. L’étude explique cette différence par la forte résilience et la meilleure préparation dont les femmes entrepreneuses font preuve au quotidien. Les femmes entrepreneuses sont plus performantes, c’est un fait. Alors soyez de celles-là !

Comment ?

  • Ne négligez pas les actions de gestion de votre entreprise.

En premier lieu, ne vous lancez pas avant d’avoir immatriculé votre entreprise. Démarrer son activité dans la précipitation à l’occasion d’une commande ou d’une vente est une mauvaise idée. Agissez comme le fait toute entreprise qui souhaite se lancer : Étudiez votre cible, vos charges, vos souhaits de rémunération, les services que vous souhaitez offrir, votre concurrence. Établissez un business plan. Choisissez le statut qui vous sera le plus favorable. Renseignez-vous sur vos options sociales et fiscales

Une fois votre activité lancée, gardez en tête que vous devez consacrer la moitié de votre temps à sa gestion : communication, réseaux sociaux, administratif, comptabilité, commercial, suivi client, veille.... Tout cela est indispensable. Attachez-vous y. Prévoyez-le dans votre emploi du temps. Budgétez le temps dédié à ces actions ! Vous devez le financer grâce à vos commandes. Gardez en tête que lorsque vous vendez “une journée” de shooting, elle doit financer votre temps de prise de vue bien sûr, mais aussi toutes les tâches invisibles pour votre client : le suivi de la commande, la comptabilité, l’administratif (déclarations de revenus, de tva, de charges sociales...), la veille, l’achat de matériel... et vos besoins de subsistance. Établissez vos prix en conséquence et défendez-les.

  • Faites-vous aider autant que de besoin

Peut-être êtes-vous très compétente en comptabilité, peut-être vous régalez vous à gérer vos réseaux sociaux, peut-être le commercial est-il votre tasse de thé... Mais sans doute ne maîtrisez-vous pas TOUS les aspects de votre activité. C’est normal ! Chacune possède ses points forts et ses points faibles. Faites ce que vous savez faire, et appuyez-vous sur des experts pour le reste. Il en existe un grand nombre.

Pour les femmes, de très nombreux dispositifs et réseaux sont présents, aussi bien lors de la phase de création et de lancement de votre activité qu’au quotidien : Action’elles, l’Agence pour l’Entreprenariat Féminin, Les Premières, Force Femmes...

Mais vous pouvez compter aussi sur les réseaux d’accompagnement généraux, qui soutiennent les entrepreneuses autant que les entrepreneurs : entrez en contact avec les CCI, Pôle Emploi, Entrepreneurs d’avenir, Adie, France Active, Initiative France, BGE, etc.

Enfin, rapprochez-vous des organisations professionnelles. Pour les photographes, vous pouvez adhérer à l’Union des Photographes Professionnels. Vous y trouverez des conseils, des documents, des modèles de contrats et de notes d’auteur... Cela vous permettra aussi de rencontrer vos pairs et d’échanger sur vos problématiques, vos questions. Enfin, c’est une opportunité de vous créer un réseau.


Sources

Ce contenu de l’Union des Photographes Professionnels est protégé par le droit d’auteur. Toute reproduction à titre autre que personnel n’est pas autorisée.

Autrices, Auteurs

Stéphanie de Roquefeuil, Union des photographes professionnels